top of page

LETTRE D’UNE ARTISTE-CONTEUSE EN GREVE

2 septembre 2021 Bonjour, Je suis au regret de vous informer que je ne viendrai pas conter comme prévu dans votre médiathèque et croyez bien que ça n’est pas de gaité de cœur. Les occasions de faire mon métier, de partager mes contes avec le public ont été bien rares depuis deux ans, avec les confinements successifs et fermetures des lieux de spectacles. Mais voilà, les nouvelles exigences avec le passe sanitaire vont à l’encontre de mes valeurs de liberté, de solidarité et de démocratie. Je ne peux pas accepter que nous devions devenir, chacun d’entre nous, des contrôleurs, que nous entrions dans cette société de contrôle où chacun de nos actes sera fiché, que nous entrions dans une société où certains, du fait de leur opinion, seront exclus de la vie sociale. Je ne peux accepter que des personnes qui n’ont pas le passe sanitaire, pour quelque raison que ce soit, soient discriminées en étant refusées à l’entrée de mes spectacles Les mesures prises par ce gouvernement sont liberticides et je ne peux collaborer en me taisant, en n’agissant pas. Serai-je de ce fait exclue, mise sur une "liste noire" des conteurs qu’il ne faudrait plus inviter ? J’espère que non et que nous aurons d’autres occasions de nous retrouver, dans un climat plus serein où les histoires millénaires qui parlent justement de liberté, de dignité, de combat contre l’injustice pourront sonner avec justesse. Je suis par ailleurs vaccinée, non par crainte pour moi-même et bien avant que ne revienne sur ses paroles du 29 avril 2021 le président de la République : "Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d'accès qui différencie les Français. Il ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de vie de tous les jours". Je suis vaccinée pour plusieurs raisons et en premier lieu par "sens du collectif", espérant que ce vaccin m’évite de contaminer d’autres personnes. J’ai donc ce pass et je ne l’utilise pas. J’ai fait ce choix et je veux que les gens qui en ont fait un autre soient aussi respectés. J’espère que vous comprendrez pourquoi jusqu’à la date "dérogatoire" du 15 novembre je refuse de jouer (le texte de loi examiné par le Conseil constitutionnel prévoit de mettre fin au pass sanitaire le 15 novembre 2021, au plus tard.) Et c’est justement pour qu’il n’y ait pas d’extension de cette période d'obligation que j’agis dès maintenant, tant qu’il en est encore temps, à mon petit niveau. J’espère donc vous retrouver vous et votre équipe, le plus rapidement possible pour partager, tous ensemble et sans distinction. Bien cordialement, Paule L., conteuse libre dans le Gard.

Posts récents

Voir tout

Avis d'insoumission au QR code

par Mordicus, artiste peintre Parce qu'il n'appartient pas à l'état de nous confisquer ou de nous rendre sous conditions, un droit qui est naturel, inaliénable et sacré (voir préambule à la déclaratio

Comments


bottom of page